Actu Chômage

mercredi
22 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les chômeurs tournent-ils le dos aux urnes ?

Les chômeurs tournent-ils le dos aux urnes ?

Envoyer Imprimer
Avec les jeunes et certaines catégories populaires, les chômeurs et les précaires votent peu. Un comportement électoral qui n'est pas sans conséquence.

Les chômeurs et les précaires ont tendance à bouder les urnes. «Le chômage est une situation tellement difficile qu'elle incite à une désocialisation, un désintérêt plus fort pour la chose politique», explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Avec la crise, les experts s’attendent à ce qu’ils s’abstiennent fortement en 2012, même si Jean-Luc Mélenchon semble à certains capable de remobiliser «cette communauté lasse».

Pas une fatalité

«Le premier parti des chômeurs est l'abstention et la non-inscription sur les listes électorales», souligne de son côté Emmanuel Pierru, sociologue, chargé de recherche au CNRS, rattaché à l'Université Lille 2. Une attitude qui ne date pas d'hier, rappelle-t-il. Déjà en 1931, Paul Lazarsfeld décrivait «une communauté lasse» dans son enquête “Les Chômeurs de Marienthal”.

Néanmoins, cette attitude n'est pas une «fatalité», selon le chercheur. Car si, lors de la présidentielle de 2002, l'abstention avait atteint des records avec un taux de 28% au premier tour selon l'Insee, en 2007, elle avait reculé à 16%. Le taux d'abstention des chômeurs était toutefois deux fois plus élevé (19,8%) que celui des électeurs en CDI (9,6%).

«La mémoire du premier tour de l'élection de 2002 (qui avait mené Jean-Marie Le Pen au second tour) a conduit à la mobilisation d'un nombre accru d'électeurs», souligne l'Insee. Mais pour cette présidentielle, tous les ingrédients sont réunis pour une abstention forte, selon les experts.

Désenchantée

D'abord, il s'agit d'une élection de réélection, le président étant candidat, et non de renouvellement, explique Frédéric Dabi. Mais surtout, «on est dans une campagne relativement désenchantée» et les électeurs ont du mal à se dire que «cette élection va améliorer la situation», commente-t-il. Une situation d'autant plus vraie pour les chômeurs que certains «discours politiques les stigmatisent, les désignent comme des assistés» et parlent très peu d'eux, de leurs conditions de vie, remarque Emmanuel Pierru. Du coup, ils pourraient être tentés «de se faire le plus petit possible» et de s'abstenir «par honte».

Pour lutter contre cela, certaines associations tentent de remotiver la fibre citoyenne. Dans les locaux d'Avenir à Toulouse, affiliée au MNCP, les programmes des partis – sauf celui du FN – ont été affichés, ainsi que des slogans du type «Un chômeur est un électeur», raconte Marie Lacoste, codirectrice de cette structure d'insertion. Il s'agit de «montrer la route des bureaux de vote et de faire face à un vote uniquement contestataire», explique-t-elle.

Forte aversion

«Parmi nos membres, il y a une aversion forte pour Nicolas Sarkozy. Pas mal sont tentés par Mélenchon. Et ceux qui sont tentés par le FN le sont pour désigner un autre bouc émissaire qu'eux : les étrangers», rapporte Marie Lacoste. Jean-Luc Mélenchon et son appel à «l'insurrection civique» pourraient «ramener aux urnes des personnes qui n'y allaient plus», dont les chômeurs, analyse aussi le sociologue. Car «il prend en charge ces catégories sociales-là», «ils leur parlent», selon lui.

Contrairement aux idées reçues, les chômeurs ne votent pas plus pour le Front national que le reste des Français, selon Emmanuel Pierru. Au premier tour de 2002, un chômeur sur 17 seulement avait voté pour le FN, alors que le score total obtenu par Jean-Marie Le Pen avait été de 16,86%.

(Source : La Montagne)


NDLR : Certes, notre module de sondage n'a rien de scientifique, mais il dessine une tendance... Parmi les lecteurs d'Actuchomage, peu semblent tentés par l'abstention ou le votre frontiste => VOIR ICI.


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 27 Juillet 2012 07:09 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...