Actu Chômage

lundi
24 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Coût du travail en France : l'Insee fait de la désintox

Coût du travail en France : l'Insee fait de la désintox

Envoyer Imprimer
Décrochage de la compétitivité avec l'Allemagne, impact négatif des 35 heures, justification de la TVA sociale... Dans l'édition 2012 de sa publication "Emploi et salaires", l'Insee remet en cause un certain nombre d'idées reçues.

Avec la hausse du coût du travail, la France a perdu son avantage compétitif par rapport à l'Allemagne

Alors que le débat sur le modèle allemand s'est imposé dans la campagne présidentielle, l'Insee en repose les termes. Si l'on se contente de regarder l'évolution du coût horaire, le constat est indéniable. En 1996, l'Allemagne était le pays le plus cher de l'Union européenne. Mais depuis, c'est aussi Outre-Rhin que le coût horaire a le moins progressé (+1,9% par an). Résultat : en 2008, dans l'industrie manufacturière, le pays n'était plus au premier rang du palmarès du coût du travail. Et surtout, il a été rattrapé par la France où cet indicateur a progressé beaucoup plus vite sur la période : +3,4%, en ligne toutefois avec la moyenne de l'UE à 15.

En revanche, insistent les experts de l'Insee, ces résultats ne disent pas grand-chose de l'évolution de la compétitivité des différents pays. "Un pays avec un coût de production élevé peut être plus compétitif qu'un autre avec un faible coût de production, si sa productivité est supérieure", expliquent-ils. Pour l'Insee, l'indicateur important est donc le coût salarial unitaire, qui mesure le coût moyen de la main d'œuvre par unité produite. Et de ce point de vue, les performances françaises et allemandes dans l'industrie manufacturière sont comparables, avec une même tendance à la réduction, et des rythmes respectifs de -0,5% et de -0,7% par an. Difficile, donc, de dire que la France a perdu son avantage compétitif par rapport à l'Allemagne.

La hausse du coût du travail en France est due aux 35 heures

L'idée est régulièrement avancée par le Medef et par l'UMP et Nicolas Sarkozy. Mais c'est faux, expliquent les experts de l'Insee. Selon eux, la diminution du temps de travail effectif n'explique "qu'environ 10%" de la hausse du coût horaire de la main-d'œuvre entre 1996 et 2008. Si le nombre d'heures était resté stable entre 1996 et 2008, cet indicateur aurait progressé à un rythme annuel de 3,1% contre 3,4% observé dans l'industrie manufacturière. Dans les services, la hausse aurait été de 2,8% contre 3,2% observé.

Le taux de cotisations employeurs est un déterminant important du coût du travail

C'est l'argument avancé par le gouvernement pour justifier la réforme de la "TVA sociale", qui consiste à baisser les cotisations employeurs et à faire financer le manque à gagner pour la Sécurité sociale par une hausse de la TVA. Le tout, bien sûr, dans l'idée de baisser le coût du travail pour améliorer la compétitivité de la France. En réalité, constate l'Insee, il n'y a pas de "lien significatif entre le niveau du coût horaire et le taux de charges" parmi les pays de l'ex-UE à 15.

Ainsi, au Danemark et en Suède, qui ont tous deux un haut niveau de protection sociale, le coût horaire du travail est assez proche. Le premier, pourtant, a des cotisations sociales patronales limitées (7% du salaire brut) alors qu'elles sont très élevées en Suède (30%). Sauf que les salaires bruts sont plus élevés au Danemark : les salariés payent plus d'impôt sur le revenu, qui finance en partie la protection sociale. "Toutes choses égales par ailleurs, à moyen terme, le taux de cotisations sociales employeurs n'est pas un déterminant du coût horaire. Seul le niveau global de taxe compte, pas la répartition entre cotisations sociales employeurs, cotisations salariales et impôt sur le revenu", relève l'Insee.

Les conditions de travail sont moins difficiles aujourd'hui

En réalité, une enquête menée par sondage auprès d'un échantillon représentatif de salariés de différentes générations montre que les "pénibilités physiques" n'ont pas diminué. En revanche, les contraintes organisationnelles et psychosociales se sont considérablement accrues.

Ce sondage reposant sur la façon dont les salariés perçoivent leur travail, faut-il y voir le fait que les plus jeunes seraient aussi plus exigeants par rapport à leurs conditions de travail ? "Peut-être, répond Thomas Coutrot, un des auteurs de l'étude. Mais en la matière, c'est bien le ressenti qui compte, car c'est cela qui a des conséquences sur la santé. Donc si les plus jeunes considèrent qu'ils ont des contraintes importantes, et plus importantes que les générations précédentes au même âge, leur travail aura aussi plus tendance à les rendre malade".

(Source : L'Expansion)


Toujours plus de "mobilité", toujours plus de précarité :


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 24 Février 2012 11:36 )  

Commentaires 

 
# superuser 2012-02-22 15:17 Coût du travail élevé ne rime pas avec chômage

La Suède, le Danemark et la Belgique sont les trois pays de l'Union européenne où le coût du travail est le plus élevé, dans l'industrie comme dans les services, avec des taux de chômage entre 6% et 8%.

Le Portugal, la Grèce et l'Espagne sont les trois pays qui battent des records en matière de chômage (de 14% à 23%) alors que leur coût du travail est le plus bas.

www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120222trib000684270/cout-du-travail-eleve-ne-rime-pas-avec-chomage.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2012-02-22 16:18 Les femmes gagnent toujours en moyenne 20% de moins que les hommes

Il s'agit du travail à temps plein dans le secteur privé.
Mais si l'on tient compte du temps partiel, l'écart se creuse à 30%.

Si cet écart s'est fortement réduit depuis 1954 (il était alors de 35%), il est en quasi stagnation depuis le début des années 1990. En cause, le fait qu'il y ait plus d'hommes que de femmes à des postes de cadres. Et parmi les cadres, l'écart de salaire entre les hommes et les femmes est supérieur à la moyenne.

www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/france/afp_00427380-salaires-les-femmes-gagnent-en-moyenne-20-de-moins-que-les-hommes-292889.php
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tristesir 2012-02-23 00:11 Dans dix ans les patrons se demanderont si donner deux bols de riz à leur employés esclaves en guise de rémunération ( l'esclavage sera rétablit), ce n'est pas une charge trop lourde pour assurer la compétitivité de leur entreprise et y en aura pour dire qu'un bol par jour c'est déjà bien suffisant. 8-)

Aux prochaines élections, vous allez choisir la couleur de vos chaînes, choisissez la bonne :)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2012-02-23 11:02 Salaire moyen : 1.605 euros nets par mois, soit 19.270 €/an

Mais pour les 50% de Français les moins bien payés, ce salaire moyen net n’est que de 1.441 €/mois soit 17.300 €/an.

www.huffingtonpost.fr/2012/02/22/salaire-revenu-francais_n_1292887.html?ref=economie
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...