Actu Chômage

lundi
19 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse De l'intérêt statistique des contrats aidés

De l'intérêt statistique des contrats aidés

Envoyer Imprimer
Ces emplois ont fortement contribué à limiter la hausse des chiffres du chômage en 2010. Par contre, en matière de réinsertion professionnelle, les résultats sont insuffisants. Et en 2011, le coup de frein du gouvernement sur ces contrats jouera en défaveur des statistiques.

L'année 2010 aura bien marqué un record en matière de traitement social du chômage : l'an dernier, l'Etat a subventionné 533.761 contrats aidés (+12% par rapport à 2009), contribuant ainsi à la limitation de la hausse du nombre de chômeurs de catégorie A à 80.000, soit cinq fois moins que l'année précédente. Parmi les contrats aidés, 417.517 ont concerné le secteur non marchand (les CUI-CAE) et 116.244 le secteur marchand (les CUI-CIE), selon le tableau de bord du ministère du Travail.

Leur succès a d'ailleurs été tel que la rallonge décidée à la fin du premier trimestre a été consommée pour l'essentiel avant l'automne. Novembre et décembre ont été deux mois de quasi-diète. De quoi démontrer, s'il en avait été besoin, l'intérêt statistique de tels contrats en matière de chômage : 2010 s'est achevée sur deux très mauvais mois.

Ceinture en 2011

Si les premiers chiffres de janvier (18.000 contrats aidés sur les trois premières semaines pour 15.000 attendus) montrent qu'il n'y a eu aucune difficulté de redémarrage, l'année 2011 ne se présente pas sous les mêmes auspices : le gouvernement n'a budgété que 390.000 contrats aidés cette année (340.000 non marchands et 50.000 marchands) — loin, donc, du demi-million — pour lesquels sont prévus 852 millions d'euros d'aides de l'Etat, indiquent les documents budgétaires. Le taux de subvention de l'Etat retrouve d'ailleurs son niveau d'avant-crise dans le non-marchand (70%) après avoir été porté à 90% au plus fort de la récession. Compte tenu des dépenses liées aux contrats toujours en cours de 2009 et 2010, les emplois aidés coûteront au total 2 milliards d'euros, soit les deux tiers des dépenses d'accès et de retour à l'emploi.

La marche à descendre n'en sera pas moins haute. On peut déjà se demander si elle pourra être franchie alors que le nombre de chômeurs de longue durée va encore progresser. Ce ne serait pas la première fois que les objectifs sont revus à la hausse en cours d'année : cela a été le cas tous les ans depuis 2008. Le gouvernement ne l'envisage toutefois pas pour l'instant. L'exercice sera d'ailleurs plus difficile compte tenu du resserrement des contraintes budgétaires.

Et l'intérêt en matière de réinsertion ?

Le rôle des contrats aidés dans la politique de l'emploi ne se résume pas à un traitement statistique du chômage. En 2009, le taux d'insertion dans l'emploi six mois après un contrat aidé (dont la durée est en moyenne d'un peu plus de huit mois) a varié entre 39,9% dans le non-marchand et 63,9% dans le marchand. En ne prenant en compte que les CDI et les CDD de plus de six mois, ce taux était respectivement de 26,7% et 54,8%.

Il pourrait être nettement amélioré, estime le comité d'évaluation de Pôle Emploi, selon une note qui a été présentée jeudi au conseil d'administration de l'opérateur public. Celle-ci trace les pistes d'une réflexion nationale sur «les finalités assignées aux contrats aidés» en matière de politique de l'emploi. Elle critique la «politique de "stop and go"» de l'Etat, trop quantitative et autoritaire. Elle déplore aussi l'insuffisant accompagnement des salariés en contrat aidé, même si la création du contrat unique d'insertion au 1er janvier 2010 a renforcé cette exigence. Elle enjoint Pôle Emploi et les employeurs à se mobiliser davantage sur ce plan.

(Source : Les Echos)


A (re)lire :

Ces contrats aidés qui servent mal l'emploi
Coûteux, complexes et peu efficaces en termes d'insertion professionnelle, ils restent l'arme antichômage préférée des politiques français. Un bilan de 5 pages paru en 2006 dans L'Expansion, toujours d'actualité...

400.000 contrats aidés par an : Pour qui, pourquoi, comment ?
Le tour d'horizon de la CGT-Chômeurs...



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 06 Mai 2011 13:04 )  

Votre avis ?

Que vous inspire l’action du président Emmanuel Macron depuis 18 mois ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...