Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pierre Méhaignerie et les allocations chômage : voici venue l'ère des "Rantanplan" de la politique

Pierre Méhaignerie et les allocations chômage : voici venue l'ère des "Rantanplan" de la politique

Envoyer Imprimer
Exister, en politique, c'est aligner les polémiques : des déclarations fracassantes truffées de contre-vérités. Après Manuel Valls et son "déverrouillage" des 35 heures, Christian Jacob et sa saillie sur "l’emploi à vie" des fonctionnaires, voici Pierre Méhaignerie et l'indemnisation du chômage, qu'il juge excessive.

Ils nous fatiguent !!!
Une chose est sûre : la campagne électorale des présidentielles a déjà commencé et colonisera toute l'année 2011, en dépit des préoccupations des Français. La bataille idéologique est engagée et, d'ici mai 2012, chacun défendra son bout de gras… comprenez : son emploi, ses privilèges et sa protection sociale à vie.

Pour l'instant, on assiste au spectacle affligeant d'imposteurs qui, en mal de visibilité, l'ouvrent pour se distinguer, quitte à dire n'importe quoi et passer doublement pour des cons : 1) en révélant leur profond dilettantisme quant aux sujets qu'ils abordent; 2) en s'imaginant que les Français sont, eux aussi, des imbéciles toujours prêts à tomber dans les panneaux qu'on leur tend. C'est négliger l'aspect positif du règne de Nicolas Sarkozy, qui leur a tant menti et les a tant de fois désavoués : grâce à lui, de la ratification du traité de Lisbonne à la réforme des retraites en passant par la "valeur travail" puis la crise, nombre de Français ont ouvert les yeux et se sont réappropriés le champ politique.

Dans le cas de Monsieur Valls, candidat aux primaires du PS, il s'agissait de tirer son épingle du jeu (c'est loupé). Chez quelques éminences grises de droite désireuses de justifier leur existence au sein de l'UMP, il s'agit d'enfoncer (grossièrement) le clou des multiples réformes particulièrement injustes et régressives adoptées depuis 2007. Deux stratégies de com’ vouées à l'échec. Car, d'un côté comme de l'autre, la confusion règne et nous assistons à un véritable sabordage. Tandis que le Parti socialiste montre son vrai visage — celui d'une fausse gauche qui ne cesse de se discréditer —, l'UMP sortante entonne un chant du cygne disgracieux, truffé de couacs. Mais nous y reviendrons en temps utile...

L'épouvantail des allocations chômage

Pas besoin de radoter : vous trouverez ici et là tous les éléments de la dernière polémique qui agite le Landerneau et à laquelle nous nous sentons, hélas, obligés de réagir...

• D'abord, nous vous invitons à prendre connaissance de l'interview vidéo de Monsieur Méhaignerie sur le blog de Marc Landré, du Figaro, à l'origine du "buzz"... "Décapante" et "instructive" ? De biens grands mots. Si certains n'ont pas "la langue dans leur poche", ils feraient mieux de la tourner sept fois dans la bouche avant de l'ouvrir.
Côté technique, notez le magnifique contre-jour digne d'un professionnel. Et n'oubliez pas de lire les commentaires qui suivent (car les lecteurs des “Dessous du social” ne sont visiblement pas dupes, ce qui est plutôt rassurant).

• Ensuite, lisez ce recadrage de Samuel Laurent pour Le Monde...

• Puis celui de L'Expansion, tout aussi bien envoyé.

Ce à quoi nous rajoutons :

• Depuis plus de dix ans, la plupart des pays membres de l'OCDE n'ont cessé de rogner sur leur système d'indemnisation en montant et en durée sous prétexte que, s'il y a des chômeurs, c'est de la faute… aux allocations. Le chômage a-t-il baissé pour autant ? Non, bien au contraire. Depuis trente ans, le chômage s'est massifié malgré les restrictions successives. Il n'y a donc aucune corrélation entre le taux de chômage et son niveau d'indemnisation.

Constat récemment confirmé par la DARES : en France, convention Unedic après convention Unedic, les exclus de l'emploi — qui n'ont même pas voix au chapitre, puisque les associations qui les défendent ne sont pas consultées et sont, au contraire, priées de rester sur le trottoir d'en face — demeurent les dindons de la farce... La prochaine révision de l'assurance chômage doit débuter le 24 janvier : en cela, Monsieur Méhaignerie joue les opportunistes et s'imagine, à tort, qu'il va pouvoir empiéter sur le champ de négociation des "partenaires sociaux"… qui lui ont adressé une fin de non-recevoir.

La norme, c'est le Smic

Il est prouvé que, plus les allocations chômage sont généreuses, moindre est l'intensité de la recherche, mais supérieure est la qualité de l'emploi retrouvé : ce sont les trois heureux gagnants du «prix [2010] de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel», les dénommés Diamond, Mortensen et Pissarides, qui l'ont dit. Or, pas question de faire du qualitatif, l'objectif est purement quantitatif : il faut que les chômeurs se remettent le plus vite possible au boulot, non seulement pour réduire les statistiques mais, surtout, accélérer la baisse du coût du travail. En les acculant financièrement, ils finissent par accepter des postes, des salaires et des conditions d'emploi dégradées, à la grande joie du patronat et de l'actionnariat.

Actuellement, 80% des chômeurs indemnisés perçoivent entre 1.000 et 1.200 € par mois, tandis que plus de 80% des emplois disponibles sont précaires et rémunérés au Smic. Pour Monsieur Méhaignerie, qui estime que c'est encore trop et que ça les dissuade d'accepter tous ces jobs de merde — ce qui est faux, puisque la moitié des 2,6 millions de chômeurs indemnisés par l'assurance chômage exerce une activité réduite ou occasionnelle (1,3 million d'inscrits en catégories B et C de Pôle Emploi) contre 20% des privés d'emploi non indemnisés par le régime —, il serait salvateur de les "inciter" davantage en abaissant cette moyenne sous le niveau du Smic : ainsi seraient-ils totalement disposés à ne pas faire la fine bouche. De création d'emplois dignes de ce nom, il n'est nullement question.

Monsieur Méhaignerie prétend viser les cadres, alors qu'ils sont moins touchés par le chômage que les autres : en réalité, il vise tout le monde. Monsieur Méhaignerie veut mettre le paquet sur l'emploi des jeunes… en encensant les stages. Augmenter le nombre de travailleurs pauvres, jeunes ou vieux, qualifiés ou non, tel est son rêve. Monsieur Méhaignerie sait que ce qui ruine le plus l'assurance chômage, c'est l'emploi précaire : mais à cela, il ne compte pas remédier.

Monsieur Méhaignerie a fait carrière sous les ors de la République. Bien qu'il ait 71 ans, il s'accroche au pouvoir tel un vigoureux pthirus à un poil pubien. A l'image de cette oligarchie qui, de sa tour d'ivoire, décide de nos vies, il adopte le dangereux comportement d'une noblesse d'ancien régime, contribuant ainsi à creuser un peu plus la tombe de son parti. Qui en profitera en 2012 ? Telle est la question.

SH

Post-scriptum : Rendons à Cambadélis ce qui est à Cambadélis; l'expression "Rantanplan" de la politique vient de lui...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 01 Septembre 2011 01:41 )  

Commentaires 

 
0 # Pat-du49 2011-01-15 11:29 le seul point ou je suis OK, c'est pour un plafond + bas, niveau montant que celui de 5000€ par mois.

car là faut pas pousser non plus … je prefère voir un rallongement des indémnités pour les foyers populaires, modestes, ou une augmentation de leurs indémnités, à la place, et plafonner à 2500€ par mois le montant des assedic.

un peu comme ça se passe dans les pays nordiques, ou par exemple leur RSA pour une personne seule avoisine 1200€ net.
contre 410€ en france.

le rapport 2500€ maxi, et 1200€ mini garanti, DANOIS, est + humain et juste qu'un rapport 5000 maxi et ZERO€ mini (jeunes de - de 25 ans) FRANCAIS.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-15 11:41 en gros pas très équitable, qu'un chomeur en 2 ans, à 5800€ par mois, puisse donc percevoir + que 28 ans de RSA.

5800€ par mois, c'est plutot les assedic de certains députés en même temps pour le moment.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Lacigogne 2011-01-15 13:11 Il n'y a donc aucune corrélation entre le taux de chômage et son niveau d'indemnisation.

et pourtant plus les indemnisations diminuent , plus le chômage augmente …?

Autre étrangeté, Plus il y a de pompiers combattant un incendie, plus les dégâts seront importants.

En cas d'incendie ,Il faut donc qu' il y ait moins de pompiers si vous voulez sauver votre toit !

c'est avec cette logique que plus l' intérêt génnéral est menacé, moins il faut de service publique .
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-15 17:06 Ce n'est pas parce que l'indemnisation diminue que le chômage augmente.
Le chômage augmente parce qu'on supprime des emplois (avancées technologiques, restrictions budgétaires, délocalisations …) sans en créer suffisamment d'autres par ailleurs. Le chômage est voulu car il rapporte :

http://www.actuchomage.org/Les-dossiers/la-lutte-contre-le-chomage-une-escroquerie-intellectuelle.html

Quand le chômage augmente, son indemnisation est comme un gâteau qui rétrécit avec de plus en plus de parts à découper.

Quant à votre métaphore sur les pompiers, je la comprends encore moins, et je ne vois pas ce que le service public vient faire là-dedans… (?)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lacigogne 2011-01-16 00:09 là c'est moi qui comprend encore moins :

1) vous dites qu' il n' y a pas de corrélation (entre montant de l' indemnisation et tx de chômage)

2)"Quand le chômage augmente, son indemnisation est comme un gâteau qui rétrécit avec de plus en plus de parts à découper."

vous établissez donc un lien entre les deux !??!

pour être plus clair , il ne faut pas confondre corrélation et causalité , ce que fait à dessein qlq 'un comme le rantanplan cité .

pour les pompiers ça va , ou on appelle le SAMU ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-16 03:46 Je comprends que :

1) Pour ce qui est du retour à l'emploi, il n'y a pas de corrélation entre le montant de l'indemnisation et le taux de chômage.

2) Si l'on considère le dispositif de répartition, l'augmentation du chômage est la cause d'une moindre collecte et d'un plus grand besoin de répartition.

Donc, pas de mélange possible, l'observation n'est pas faite sous le même angle.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Lacigogne 2011-01-16 15:48 c'est ça , tout est relatif…

ça explique qu' on puisse considérer qu' une assurance est un système de répartition , et que partant de là "+ il y a de fous , - il y a de riz" , ce qui justifie la révision (à la baisse) du contrat d' assurance .

En 2000, dans un contexte d'excédent budgétaire (1,3 milliard d'euros), les partenaires sociaux adoptent la convention dite du PARE (Plan d'aide au retour à l'emploi). Prévoyant un surplus financier de 18 milliards d'euros sur les trois années suivantes selon les modalités de la convention précédente, les partenaires décident de redistribuer cette somme au travers d'une baisse des cotisations patronales et d'un financement de certaines structures d'insertion.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Assurance_ch%C3%B4mage_en_France

La cause première du chômage et du montant de son indemnisation est politique , l' équilibre ou le déséquilibre budgétaire en est une conséquence .
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-16 19:50 Il est pourtant possible d'augmenter les recettes de l'assurance-chômage, par exemple en taxant l'emploi précaire :

http://www.actuchomage.org/2010100712522/Mobilisations-luttes-et-solidarites/assurance-chomage-il-faut-taxer-lemploi-precaire.html

D'autres solutions existent. Mais le patronat (qui est responsable de la dégradation de l'emploi et siège aussi à l'Unedic) les refuse.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-16 22:36 Citer:
La cause première du chômage et du montant de son indemnisation est politique , l' équilibre ou le déséquilibre budgétaire en est une conséquence .

C'est Incontournable : L'équilibre est une conséquence de ce que l'on met dans la balance, d'un coté ou de l'autre.
N'importe quel épicier connait bien cela.

Mais j'ai un problème avec cette phrase :
""redistribuer cette somme au travers d'une baisse des cotisations patronales"".
A votre avis, quel concept employer : "Offrir" ou "Brûler"
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-16 22:59 Au contraire : il faut augmenter les cotisations patronales (ce sont les employeurs qui décident de supprimer des postes ou d'abuser de l'emploi précaire… pas les salariés !), sinon créer une taxe sur les dividendes versées aux actionnaires qui serait exclusivement reversée à l'Unedic (car, systématiquemen t, quand les entreprises annoncent des plans de licenciement, la valeur des actions augmente).

En ce qui concerne la rupture conventionnelle , la CGT demande à ce que les employeurs qui l'utilisent assument le coût de l'accompagnement, comme cela se fait déjà en cas de licenciement économique :

http://www.lesechos.fr/journal20110110/lec1_france/0201057381472-maurad-rabhi-faire-payer-a-l-employeur-l-accompagnement-en-cas-de-chomage-.htm
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lacigogne 2011-01-17 09:34 Moi aussi cette phrase me dérange.
Le principe de l' assurance ce n' est pas de redistribuer ou de répartir , c'est d'indemniser . (c'est une redistribution mais qui ne doit pas être conditionnée par des bilans plus ou moins truqués)

pour reprendre l' article du Monde:

l'assurance-chômage est "un mécanisme assurantiel et que chacun cotise en fonction de son salaire et est indemnisé en fonction du préjudice qu'il subit. "On n'imagine pas que pour une assurance automobile, avec un véhicule de moyenne ou haut de gamme et payant une prime plus élevée, lorsque survient un sinistre, on plafonne le remboursement du sinistre", estime le syndicaliste.[de la CFE-CGC, Bernard Van Creynest]


j' emploierais des mots comme sabotage , crime avec préméditation, se tirer une balle dans le pied, allégeance au medef , travail de sape etc …
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-15 18:42 oui + les allocations diminuent, depuis des années, et + le chomage augmente, tu as raison.
ça peut s'expliquer, quand on a pas de pognon, on fait quasi pas du tout tourner l'economie. (sophie t'as démaré trop vite, t'as du interpreter à l'envers ce qu'à dit Lacigogne)
perso ce qui me freine, c'est justement les allocs basses, et les emplois aux salaires tout aussi bas, et le fait que quand je bosse je perds mes droits connexes, et je peux même perdre mes droits tout courts pour retomber encore + bas, à l'issu du taf, s'il ne sagit pas d'un CDI fiable.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-15 17:35 Comme le calcul de l'indemnisation chômage est directement proportionnel au salaire et au temps travaillé, parler de réduire ces taux, c'est éluder le vrai problème de la disparité des revenus.

Et onblier que PôleEmploi est un assureur.
M Méhaignerie dit :
il faut que vous soyez moins indemnisé, pour la même cotisation d'assurance.
Pour prendre une métaphore :
Il prétend que pour le moment, il ne veux plus rembourser les 4/4 détruits et seulement fournir "une 2Cv de remplacement".

Je doute qu'il se soucie des "vélos" et encore moins des "piétons".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-15 18:51 l'indémnisation n'est pas completement proportionnelle au salaire et au temps passé, si t'as bossé 10 ans, ou 20 ans ou 2 ans, t'auras toujours que 2 ans d'assedic maximum, si t'as par exemple 40 balais.

et tu bosses en stage étudiant, ou en auto entrepreneur, tu cotises pour rien du tout, donc t'as droit a rien du tout … encore un autre prob ça …

perso si j'avais une 2Cv, je serais le + heureux des mecs, c'est ma voiture fétiche la dodoche, ha la la … le bon vieux temps .. ça coute aussi cher qu'un 4×4 aujourd'hui ..
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-15 23:14 Je vais prendre une autre métaphore :
T'as acheté un pack 6×4 "satisfait ou remboursé".
Evidement la bière elle était pas bonne. Tu le sais puisque t'as testé les 24. Tu demandes donc que l'on te rembourse.
Et là , paf : A peine de quoi s'acheter une 33.
Y'a arnaque non ?

: - ) Si !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-16 08:28 oui c'est mieux, ça me vexe quand on dévalorise une dodoche.

sinon, arnaque, on est entouré d'arnaques de partout, déjà, dans ce bas monde, la partage des richesses tout court est une arnaque phénoménale, à tout les niveau.

il y a de l'équité quasi nul part, pleins d'emplois archi inutiles, pleins d'escrocs qui ont pignon sur rue, aux manettes de la politique, etc etc .. c'est la chianlie.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Lacigogne 2011-01-16 15:51 bravo pour les trouvailles métaphoriques, ça c'est de la vulgarisation ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-16 23:38 Merci.
Je ne cesse de m'étonner du nombre de métaphores nécessaires pour une seule et unique arnaque.
La même que l'on en soit à "PauvreEmploi" ou "Sassiété Générale".
"Madoff" et "Allocs" c'est bonnet/blanc et blanc/bonnet pareil que "3 acheté/1 gratuit" et "1 acheté/3 crédits" .

Idem pour "j'te prète mon pauvre" / "j'te prète mon yacht".

J'en conclu que le taux d'arnaqué n'est pas correllé avec le taux de QI.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-16 19:34 Citer:
sinon, arnaque, on est entouré d'arnaques de partout,
La première c'est quand tu entre dans un magasin ; maintenant, il y a 2 tarifs :
- Avec La Carte.
- Sans La Carte.

Inclu ou exclu.
Fidèle ou Non.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-15 20:21 tiens les amis en avant première, le reportage qui va passer mardi soir à 20h35 sur france 5

documentaires.france5.fr/documentaires/pole-emploi-au-coeur-de-la-crise

video dispo jusqu'au 25 janvier.

Le réalisateur, Emmanuel Descombes, a planté ses caméras pendant six mois début 2010 au Pôle emploi de Chaumont, en Haute-Marne, au cœur d'un bassin d'emploi ouvrier touché par la crise. Tout y passe, sans voyeurisme ni sentimentalisme , en 53 minutes : le 3949, les ex-conseillers Assedic obligés de se former à l'accompagnement, le démarchage des offres d'emploi en entreprise, les objectifs à tenir, les réunions d'équipe, le suivi mensuel, les radiations, la sous-traitance, les EMT, les CRP…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Tannhauser 2011-01-16 23:19 Je pense que le prochain gouvernement, socialiste ou ump, passera le rabot sur le régime de l'assurance chômage, et non seulement là. La pression des marchés financiers est énorme, les requins spéculateurs insatiables…
Le seul moyen: il faut se mobiliser, sinon on vous passera dessus.
Certains d'entre vous ne l'ont toujours pas compris: on est en pleine guerre sociale, l'epoque du social est révolue. Le pouvoir en place vise à instaurer le principe général du "marche ou crêve".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-17 08:15 il y a JAMAIS eu autant de richesses en France, qu’au moment ou j’écris ce message.

rien que sur les seuls comptes assurances vies des Français, il y a + de 1400 MILLIARDS d’EUROS soit quasi l’equivalent de la dette public.

et je ne parle pas là, des milliards d’actions içi et là … ni des milliards dans les paradis fiscaux … ni des multitudes d’autres épargnes …

ni des centaines de milliards de patrimoines immobilier, concentrés dans la poche de minorités, qui détiennent des immeubles entiers, … qui vivent de leurs rentes …

ni des dizaines de milliards de cadeaux fiscaux à des gens qui en ont ABSOLUMENT pas besoin.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pat-du49 2011-01-17 08:16 ni des millions qui echappent aux fisc, qui passent en frais d’entreprise etc etc … grosse bagnole des patrons, voyages sous couvert de collocs etc etc … et les multitudes de magouilles …

des 6000€ d’argent de poche au black légalisé, tout les mois des ministres, députés, ni de leurs retraites dorées

ni des parachutes dorés dans certaines boites etc etc ..

ça dégueule de POGNON en France.

on est le pays AU MONDE ou il y a la + grosse concentration de millionnaire par habitants ..

IL Y A LARGEMENT DE QUOI ERADIQUER LA PAUVRETE ET LA PRECARITE.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MARLA 2011-01-20 06:00 Et puis restaurer la dignité du citoyen et de l'homme, mettre a contribution les compétences de l'individu, plutot que des aides qui n'en sont pas pourquoi ne pas proposer un service civique rémunéré (décemment) aux chômeurs en fin de droits
Mais je rêve!!!!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-20 06:53 Un "service civique rémunéré (décemment) aux chômeurs en fin de droits" ? Dans ce cas, pourquoi ne pas créer de vrais emplois, s'ils sont supposés exister encore ?

Non, il faut en finir avec tout ça et instaurer un revenu universel ou "salaire de vie" :

http://www.actuchomage.org/2010112313232/Mobilisations-luttes-et-solidarites/le-salaire-a-vie-il-faudra-quon-y-vienne.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-01-18 03:36 Faut que tu comprenne Patdu :
Tout cela dont tu parles, c'est pareil que pour le pack 6×4.
A eux on leur a fait le coup du pack : "6,4%" "Garanti Indexé" .
Le plan était pas bon. Ils le savent, ils ont du tout payer à crédit.

Sauf que,
Ils n'osent même pas demander à être remboursé,
ils veulent même pas savoir de combien c'est effondré.
Ils préfèrent continuer à croire qu'ils vont êtres remboursés,
car comme cela ils ne savent pas encore qu'ils sont ruinés.
Cela s'appelle : "déni de réalité".

Tape : "Titrisation".
Ou
Comment vendre une caisse de Jenlain avec une seule bouteille pleine dedans et quand même 12 bouchons.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-17 22:26 La France, où les cotisations d'assurance chômage sont relativement élevées, indemnise plus de chômeurs qu'il y a vingt ans mais moins longtemps, et avec de grandes disparités de traitement, selon une étude publiée lundi du Centre d'analyse stratégique (CAS).

Ciblant aujourd'hui davantage le chômage récurrent que le chômage de longue durée, le système français d'assurance chômage voit "plus de salariés éligibles mais pour des durées moindres", souligne la note d'analyse de l'institution relevant du Premier ministre, qui trace des parallèles avec les autres régimes européens.

"La France s'écarte du modèle dominant en ayant le taux de cotisation le plus élevé (6,4% du salaire brut), en ayant le plafond d'allocation le plus élevé (5.800 euros nets par mois en 2009) et en ne prenant pas en compte la situation de famille de l'assuré (tout comme l'Italie, la Suède et le Danemark)", résume le CAS.

L'accès à l'assurance chômage y est "aisé" puisqu'il suffit d'avoir travaillé quatre mois au cours des 28 mois précédents, mais la durée d'indemnisation minimale y est aussi "la plus courte" (quatre mois contre dix en moyenne dans les pays recensés, hors Belgique où elle est illimitée).

Les conditions d'indemnisation dépendant "fortement de la qualité de l'emploi antérieur", pour un plafond maximum d'indemnisation de 5.800 euros, une cohorte de chômeurs émargent à nettement moins. En 2008, "l'allocation moyenne" était de 1.100 euros mensuels, sur 324 jours, relève le CAS, et "plus du tiers" des demandeurs d'emploi étaient "en situation de pauvreté" (moins de 950 euros environ pour une personne seule, 2.000 pour un couple avec deux enfants).

"Leur nombre pourrait s'accroître au cours des prochaines années avec la remontée du chômage de longue durée", avertit le Centre. Certains n'ont même aucun revenu : "Environ 40% des demandeurs d'emploi ne sont indemnisés ni par l'assurance chômage ni par l'ASS" - l'allocation de solidarité spécifique, versée à des chômeurs en fin de droits - "soit 1,6 million de personnes (juillet 2010)", notamment des femmes et des moins de 30 ans, "sous-représentés parmi les chômeurs indemnisés", selon la même source.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/01/17/97002-20110117FILWWW00523-chomage-disparite-de-traitement.php
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # bahbouh 2011-01-28 00:15 s il faut toucher aux aux allocations chomage ce n est pas des petits revenus mais ceux des cadres, c est une pompe aspirante ma parole car c personne ne vivent pas juste aux dessus du seuil de pauvreté mais cinq fois plus quant ils arrivent a 5600 euros !!moi je n appelerai pas ces personnes des demandeurs d emploi !!!mais je vois que c toujours les petits qui trinque ! § ! ! arretons ! ! ! ! ! ! !deja qu on a du mal a finir le mois du chomage mais je sais qu un jour que la cocotte minute finira par peter !!!!avec toutes les accumulations du desarroi de tout les chomeurs pauvres la ça setra un autre solfege !!!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-01-28 10:03 Les cadres sont ceux qui cotisent le plus à l'assurance chômage, et ceux qui le subissent le moins. Les cadres rapportent donc plus à l'Unedic qu'ils ne lui coûtent.

Je trouve cette polémique ridicule et mesquine. Vous tombez dans le panneau de Pierre Méhaignerie et de l'UMP en général, qui consiste à désigner des boucs-émissaires pour détourner l'attention et rogner sur les droits sociaux de tous.

Car le vrai fond du problème, c'est de remédier à ce qui ruine le plus l'assurance chômage : l'emploi précaire.

L'emploi précaire (CDD et intérim) coûte plus qu'il ne rapporte :
• pour 1,7 milliard d'euros de contributions/recettes à l'Unedic, il coûte 8,2 milliards d'euros d'allocations
• il représente près des deux tiers des entrées à l'assurance-chômage
• 80% des emplois disponibles actuellement sont précaires

Au lieu de s'en prendre à ces faux coupables que sont les cadres, surtaxons ces vrais coupables qui sont les employeurs qui usent et abusent de la précarité :

http://www.actuchomage.org/2010100712522/Mobilisations-luttes-et-solidarites/assurance-chomage-il-faut-taxer-lemploi-precaire.html
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...