Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Inondations en Belgique : les chômeurs réquisitionnés

Inondations en Belgique : les chômeurs réquisitionnés

Envoyer Imprimer
En Grande-Bretagne, on veut les faire travailler à l'œil. En Allemagne, il y a les jobs à 1 €. En Belgique, pour réparer les dégâts causés par les pluies, on peut les employer pour 4 € de l'heure.

La vice-première ministre et ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, a pris des dispositions exceptionnelles afin de permettre aux agences locales pour l'emploi (ALE) de venir en aide aux communes ainsi qu'aux personnes victimes des dégâts causés par les pluies intenses et les inondations qui ont touché toutes les régions du pays ces derniers jours.

Ces dispositions sont applicables à toutes les communes du pays touchées et donc à toutes les ALE, pour les mois de novembre et décembre 2010, annonce la ministre dans un communiqué. L'aide des travailleurs ALE [comprenez : les chômeurs — ndlr] pourra viser toutes les activités nécessaires à la remise en ordre des lieux sinistrés et elle peut être demandée par la commune sinistrée mais aussi par les particuliers, les établissements d'enseignement, les ASBL et autres associations non commerciales.

Les communes qui le souhaitent pourront, dans les conditions qu'elles déterminent, payer l'entièreté ou une partie des frais liés à l'intervention des travailleurs ALE, afin d'indemniser les personnes sinistrées. Concrètement, une commune peut intervenir directement comme utilisateur en mettant les travailleurs ALE à disposition des sinistrés et en payant les chèques ALE. Si le sinistré fait appel directement à l'ALE, la commune ou le CPAS peut également subventionner en tout ou en partie le paiement des chèques ALE non nominatifs. Cette subvention peut également être prise en charge par l'ALE elle-même.

Conformément à la réglementation des ALE, les chômeurs qui effectueront des prestations de travail dans ce cadre conserveront leurs allocations de chômage et percevront un complément d'allocation de 4,10 euros par heure prestée [soit un prix défiant toute concurrence — ndlr].

Ces dispositions sont applicables immédiatement. Joëlle Milquet en a informé par courrier l'administrateur général de l'Onem (Office national de l'Emploi), qui communiquera ces informations aux ALE dès mardi.

Les personnes qui souhaitent faire appel à cette mesure doivent prendre contact avec l'ALE de leur commune et peuvent contacter dès demain le coordinateur ALE du bureau de chômage de leur région.

(Source : RTLinfo.be)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 12 Mai 2012 10:04 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...