Actu Chômage

mardi
26 mars
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chômage : des durées d'indemnisation qui rétrécissent

Chômage : des durées d'indemnisation qui rétrécissent

Envoyer Imprimer
Entre 2005 et 2008, la durée moyenne d'indemnisation au titre du chômage a diminué de deux mois, passant d'un an et trois semaines à moins d'un an, selon une étude de la DARES publiée ce mercredi.

Soit, en trois ans, de 386 à 328 jours.
A titre de comparaison, la durée maximale d'indemnisation est aujourd'hui de 730 jours (environ 24 mois) sauf pour les plus de 50 ans (1.095 jours, ou 36 mois et demi), et la minimale de 122 jours (environ 4 mois).

Nos fossoyeurs sociaux

Rien d'étonnant ! «Cette diminution s'explique en partie par les baisses successives des durées maximales d'indemnisation décidées lors des réformes de l'assurance chômage», précise à juste titre la DARES. C'est même une tendance lourde. Les conventions de l'Unedic sont effectivement négociées tous les trois ans par nos soi-disant "partenaires sociaux" : syndicats de salariés (les associations de chômeurs n'ayant pas voix au chapitre…) et organisations patronales. Les premiers — notamment la CFDT — n'hésitant pas à s'aplatir devant les exigences du Medef. A chaque fois, seule la CGT refuse de signer ces "accords" qui nous lèsent un peu plus.

«Des réformes du système d'indemnisation sont intervenues en 2003, en 2006 ainsi qu'en 2009, bien que pour cette dernière aucun bilan ne soit encore disponible.» A cause de la crise, «une nouvelle réforme sera mise en œuvre pour l'année 2011 après les négociations entre les organisations patronales et syndicales, qui gèrent les cotisations alimentant le régime de l'assurance chômage», nous dit La Tribune qui rajoute que, selon la DARES, «la diminution de la durée d'indemnisation serait également liée à l'amélioration de la conjoncture économique à partir de 2006 — synonyme de retours à l'emploi plus rapides ou plus faciles pour les chômeurs»...

Entrer en pauvreté

La DARES nous apprend que, de septembre 2005 à septembre 2008, le nombre de bénéficiaires de l'ARE a baissé continûment, passant de 2.067.000 à 1.685.000. On doute que "l'amélioration de la conjoncture économique" explique tout.

Parallèlement, la conséquences des restrictions successives a été la hausse du nombre d'entrants dans les dispositifs de solidarité de l'Etat comme l'ASS ou l'AER, sinon au RMI. Un tableau détaille le devenir des chômeurs six mois après avoir épuisé leurs droits à l'assurance chômage début 2008 : 14,4% sont au régime de solidarité; 13,3% sont à nouveau indemnisés (souvent des intermittents); 26,4% sont sans indemnisation ou au RMI et inscrits à Pôle Emploi; 45,9% sans indemnisation ou au RMI et non inscrits, donc plus suivis par Pôle Emploi.

Selon la DARES, ces chômeurs de longue durée, en passant de l'indemnisation chômage aux minima sociaux, ont perdu en moyenne 50% de leurs ressources, puisque l'indemnisation se calcule proportionnellement au salaire antérieur (62% en moyenne en 2008), tandis que l'ASS est un minimal à base forfaitaire (442 € en 2008, comme le RMI) et l'AER d'un montant proche du Smic (955 € en 2008). Or, ce n'est qu'une moyenne. Prenez un salarié qui gagnait 1.700 € nets au moment de son licenciement. Le montant mensuel de son ARE s'élève à 1.275 € soit, déjà, 25% de revenu en moins. Deux ans plus tard, une fois tombé à l'ASS ou au RSA (460 €/mois), la perte totale est de 75%.

L'indemnisation du chômage n'aggrave pas le chômage

Contrairement aux divagations néo-libérales produites par l'OCDE, longtemps persuadée que les allocations chômage créent du chômage, l'étude de la DARES nous prouve qu'il n'en est rien.

Depuis le développement du chômage à partir de la fin des années 70 et plus particulièremen t depuis 1982, sur fond de "crise" économique (qui s'éternise tant qu'elle n'en est plus une), le montant et la durée de l'indemnisation des chômeurs n'ont cessé de baisser dans tous les pays riches. En France, en 1979, la durée maximale d'indemnisation était de 36 mois pour un Smicard de moins de 50 ans ayant cotisé au moins 14 mois : elle est passée à 30 mois en 1984 et à 23 en 2001, avec un dispositif de sanctions accrues depuis août 2005 et octobre 2008.

Or, depuis un quart de siècle, le chômage n'a cessé d'augmenter : il s'est même gravement massifié. Ce qui prouve bien que la diminution régulière des allocations de chômage n'a eu aucune incidence sur son hypothétique baisse !

De plus, il y a un lien certain entre retour à l'emploi et indemnisation : mieux le chômeur est indemnisé, mieux il peut chercher du travail. Au delà de la situation de chacun (âge, diplôme, métier, parcours…), il serait intéressant que la DARES produise des données chiffrées comparatives sur les revenus de ceux qui retrouvent rapidement un emploi et ceux qui n'en retrouvent pas. Car, quand il faut décider entre "chercher du boulot et remplir le frigo", le choix est vite fait.

Enfin, note L'Expansion, l'étude de la DARES nous enseigne aussi que, contrairement au même discours néo-libéral opposant travail et "assistanat", plus du tiers des allocataires indemnisés par l'assurance chômage (35,1% au 30 septembre 2008) exerce une activité réduite ou occasionnelle, contre 21% des demandeurs d'emploi non indemnisés.

SH

L'étude de la DARES en pdf
Plus d'éléments à lire en commentaire...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 06 Décembre 2011 12:09 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2010-09-22 23:06 LE BULLETIN DE L'UNEDIC
Baisse du nombre d’allocataires de 2005 à 2008

Les comptes de l’assurance chômage


Après avoir été déficitaires de 2002 à 2005, les comptes de l’assurance chômage deviennent excédentaires de 2006 à 2008. Cette progression des recettes résulte de la hausse de la masse salariale sur laquelle sont prélevées les contributions d’assurance chômage (employeur et salarié) qui ont augmenté en 2006, passant d’un taux de 6,40% à 6,48%.

Ce taux est rétabli en 2007, revenant à une contribution de 6,40%.

Baisse du nombre d’indemnisés

Hors formation, le nombre d’allocataires indemnisés par le régime d’assurance chômage diminue fortement, passant de 2.067.000 à 1.685.000, de septembre 2005 à septembre 2008. Cette baisse est due à la diminution des allocataires indemnisés au titre de l’ARE.

Au total, le nombre de bénéficiaires de l’ARE baisse continûment de la mi-2005 à la mi-2008.

Augmentation du montant des allocations versées entre 2005 et 2008

En 2005, l’allocation mensuelle brute médiane était de 782 euros. En 2008, la moitié des bénéficiaires de l’allocation de l’aide au retour à l’emploi (ARE) perçoivent plus de 838 euros brut par mois. Par ailleurs, en lien avec la hausse des salaires, les bénéficiaires de l’ARE percevant plus de 1.000 euros s’accroît nettement, passant de 21% à 31%.

Baisse de la durée d’indemnisation

La durée moyenne d’indemnisation au titre de l’ARE diminue de 2005 à 2008, passant de 386 à 328 jours. Cette diminution s’explique en partie par la mise en œuvre des nouvelles règles d’indemnisation fixées dans les conventions d’assurance chômage de 2004 et 2006.

Des allocataires plus âgés et plus qualifiés

Les allocataires indemnisés sont plus âgés que les demandeurs d’emploi « au sens large ». Ce sont plutôt des hommes âgés de 55 ans ou plus et qualifiés. En effet, les personnes moins qualifiées ont plus de difficultés à entrer durablement dans l’emploi et donc à acquérir des droits permettant leur indemnisation.

Les fins de droits en 2008

En 2008, le nombre d’allocataires sortant de l’indemnisation pour fin de droits diminue. Il ne représente plus que 25,4% en 2008 contre 29,8% en 2005 et 27,8% en 2006.

Les sortants pour fin de droits sont plus âgés que l’ensemble des sortants de l’indemnisation . 14% d’entre eux ont 55 ans ou plus. Cette situation reflète la problématique du retour à l’emploi des seniors, du dispositif de la dispense de recherche d’emploi (DRE) ainsi que la diminution de la durée d’indemnisation .

16% des personnes en fin de droits basculent dans le régime de solidarité, percevant l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou l’allocation équivalent retraite (AER).

Source
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Comment jugez-vous la façon dont vous êtes informé ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...