Actu Chômage

dimanche
21 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Mobilisations, luttes et solidarités Les «jobs de crevards» recensés sur un blog

Les «jobs de crevards» recensés sur un blog

Envoyer Imprimer
Vous avez de l'expérience et vous cherchez un emploi ? Suivez JobDeCrevard sur Twitter : depuis mardi après-midi, il recense les offres d'emploi les plus mal rémunérées et les plus exigeantes du marché.

"Envoyez vos annonces de jobs sous-payés grâce à la crise à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Tous les jours, une sélection est publiée. Bienvenue dans un monde de Crevards", est-il expliqué sur le site de microblogging. Une idée qui attire déjà du monde : 254 personnes suivaient ce fil moins de 48 heures après l'apparition du blog.

Derrière ce compte Twitter décapant, un particulier : Thomas (le prénom a été changé), cadre logisticien trentenaire qui, explique-t-il à E24, est "effaré des exigences de certaines annonces et du salaire proposé en face". Lui-même tente de changer de travail. "Je suis en poste dans une entreprise qui prépare un plan social. Je ne serais pas forcément viré mais dans ces cas-là, mieux vaut être pro-actif".

Salaires de misère

C'est donc en cherchant des offres d'emplois avec ses collègues que Thomas tombe sur ces annonces sous-payées, notamment sur le site de l'Association pour l'emploi des cadres (APEC). "Au début, ça nous a fait rire. Ensuite, j'ai trouvé que c'était scandaleux. J'ai donc voulu faire une bonne action en utilisant les réseaux sociaux pour faire de la mauvaise publicité aux entreprises qui cherchaient des cadres sous-payés".

Un exemple ? "Chef low-cost de 15 pers. bac+5 si possible compétences en commerce, management, gestion, logistique… 24.000 € par an". Ou encore : "Directeur usine de 50 pers. avec 8 ans d'expérience en Lean Manufacturing et 5S… bac+2, salaire inférieur à 35.000 €".

Des salaires de misère comparés aux rémunérations proposées en temps normal aux ingénieurs à la sortie d'école. "Un jeune diplômé se voit d'habitude proposer 28.000 € par an", explique Thomas. Ces entreprises cherchent des "cadres low cost", selon l'expression de Thomas : "En fait, ils recrutent des techniciens pour en faire des cadres à bas coût. Ces annonces ne devraient même pas être sur le site de l'APEC".

"Communiquer le salaire"

Contactée par E24, l'APEC a précisé qu'elle ne pouvait pas refuser de publier une offre d'emploi, sauf en cas d'enfreinte au code du travail (discrimination, par exemple). "On ne fait pas le marché de l'emploi mais nous cherchons à le rendre plus transparent", a expliqué une porte-parole. "C'est pourquoi nous incitons très fortement les entreprises à communiquer le salaire dans leurs offres".

Si la rémunération est inférieure à la pratique, l'APEC a très peu de marge de manoeuvre. "Une fois l'offre reçue, nous ne pouvons que conseiller l'entreprise", ajoute la porte-parole. Mais la société reste la seule à décider de ce qui figurera sur l'offre d'emploi.

Ce phénomène des "cadres low cost" n'est pas nouveau, d'après Thomas. Mais il pourrait bien se développer par ces temps de crise. Avec la hausse du chômage, les entreprises sont de plus en plus en situation de force pour imposer leurs conditions à leurs nouvelles recrues. Surtout auprès des jeunes, qui devraient vivre une rentrée très difficile sur le marché de l'emploi.

Guillaume Guichard pour E24

NDLR : Ces offres pour «jobs de crevards», moutons à cinq pattes à qui on propose le Smic, existent depuis longtemps et touchent toutes les catégories d'emplois. Avec "la crise", elles pullulent.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 04 Septembre 2009 11:40 )  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...