Actu Chômage

lundi
22 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Randstad doit «réduire la voilure» en France

Randstad doit «réduire la voilure» en France

Envoyer Imprimer
Le numéro deux mondial du travail temporaire, qui a acquis il y a un an le français Vedior, réagit à l'érosion de l'activité. Conclu il y a un an, le rapprochement entre Randstad et Vedior, qui sera opérationnel en mars, conduira 70 agences à se regrouper.

À son tour le néerlandais Randstad, numéro deux mondial de l'intérim et numéro trois en France, réduit la voilure dans l'Hexagone. Le groupe a annoncé vendredi la suppression de 489 postes sur plus de 5.000 et la fermeture de 85 agences, soit 10% de ses agences généralistes (hors Expectra dédiées aux cadres ou l'Appel Médical). La France, qui représente 23% du chiffre d'affaires, est le premier marché de Randstad devant les Pays-Bas.

«L'intérim est un indice avancé de l'économie, explique au Figaro François Béharel, président de Randstad France. Lorsque le marché recule, notre activité recule davantage encore. Si nous avions eu la certitude que le marché reprendrait au premier semestre 2009, nous n'aurions pas décidé ce plan. Il nous faut le mettre en place très rapidement.»

François Béharel, qui prévoit de «faire d'abord appel au volontariat», se donne six mois pour y parvenir. Il consacrera 25 millions d'euros à des mesures d'accompagnement destinées à favoriser le reclassement des salariés. Au fait accompli dénoncé vendredi par certains syndicats, Randstad répond qu'il va entrer en phase de consultation avec les partenaires sociaux. Prochaine réunion le 22 janvier.

Ces réductions d'effectifs ne sont pas les premières que connaît le groupe, issu en France du rapprochement entre Randstad et Vediorbis. Conclue il y a un an, la fusion, qui sera opérationnelle en mars, conduira 70 agences à se regrouper. «La fusion est un atout pour traverser la crise, estime François Béharel. Ce mariage avait une énorme cohérence tant du point de vue du maillage du territoire, de la structure de la clientèle que de la spécialisation de nos agences.»

Vedior était surtout développé en province et sur les grands comptes tandis que Randstad pesait plus lourd dans les grandes métropoles et les PME-PMI. Le groupe, qui ne conservera d'ici à deux ans que la marque Randstad, détient 18% de parts de marché dans l'Hexagone. Au niveau mondial, la fusion lui a permis de ravir la deuxième place à son rival Manpower.

La plus grave crise depuis vingt ans

Fort de ces atouts, Randstad devra se remettre d'un second semestre 2008 particulièrement brutal. C'est le quatrième trimestre qui lui a été fatal. En France, l'activité du secteur a reculé de 20% après une descente aux enfers progressive dès mars. «Au mois de décembre, notre activité automobile a perdu 50% de son chiffre d'affaires», commente le président de Randstad. Or l'automobile et ses sous-traitants ainsi que l'industrie, qui sont les premières victimes de la crise, représentent près d'un tiers de l'activité du groupe en France. Randstad, qui employait 110.000 équivalents temps plein généralistes il y a un an, n'en a plus que 90.000.

Randstad n'est pas seul à affronter cette tempête. L'intérim connaît sa plus grave crise depuis vingt ans. Au cours de l'année 2008, l'activité a reculé de 8,3%. Adecco, numéro un en France et dans le monde, a, le premier, annoncé à l'automne 600 suppressions de postes et 75 fermetures d'agences en France. Chez Manpower France, 225 postes seront supprimés d'ici à la fin 2010 et 8% des points de vente en agglomération fermés. Chez Crit, numéro quatre, jusqu'à 60 agences pourraient être mises en sommeil au premier semestre 2009. «Les grands donneurs d'ordre des secteurs industriels ont peu de visibilité sur leur rentabilité à deux ans», constate François Béharel. Aucun acteur n'anticipe une reprise avant 2010.

(Source : Le Figaro)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 10 Janvier 2009 20:47 )  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...