Actu Chômage

dimanche
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Si les syndicats jouaient leur rôle, il n'y aurait pas besoin d'associations de chômeurs !

Si les syndicats jouaient leur rôle, il n'y aurait pas besoin d'associations de chômeurs !

Envoyer Imprimer
Pourquoi la mobilisation des chômeurs est-elle quasi inexistante ? Pourquoi les associations de défense des chômeurs sont-elles divisées et laminées ? La réponse est simple : parce qu'elles pallient au non-engagement des grandes centrales syndicales vis-à-vis des salariés précaires ou sans emploi dans un contexte économique et social en perpétuelle dégradation, avec des moyens de plus en plus réduits et sans pouvoir aucun.

Pour comprendre ce mécanisme, prenons l'exemple de la prolifération des associations caritatives qui se penchent sur le sort des pauvres et des exclus. A la base, le désengagement de l'Etat sur nombre de questions sociales. Là où l'Etat déserte, automatiquement, un tissu associatif se constitue pour combler le vide. Et plus il y a de vides, plus on compte d'associations qui tentent de les combler. D'où leur développement considérable qui donne parfois un sentiment de «dispersion», voire de «concurrence». Ce dont l'Etat profite : bien qu'il se déresponsabilise massivement (du financement à l'action en passant par son contrôle, subtilement «décentralisés»), il reste accroché aux manettes tandis que ces organisations, qu'il tient plus ou moins à sa botte en leur accordant des miettes comme autant de faveurs, n'ont qu'un pouvoir vaguement consultatif. Ainsi a-t-il réussi à inventer une forme de «privatisation caritative» de la prise en charge/gestion de ces problèmes, pourtant d'ordre national [1].

Inévitablement surgissent des dérives. La pauvreté devient un «business» générateur de richesses, pourvoyeur de statuts, de salaires, de subventions voire de reconnaissance sociale… pour ceux qui sont du bon côté de la soupière. Pire : quand des difficultés se présentent, le secteur associatif oublie que l'Etat se sert de lui pour pallier à ses négligences et en vient à cautionner ses manœuvres sans même s'en rendre compte, ce qui est un comble !

Il en est de même pour l'insertion, qui ouvre un large champ d'activités (et de profits) à des entrepreneurs qui ont flairé le bon filon, tant il est vrai que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Là aussi, l'Etat s'en lave les mains, ferme les yeux et se comporte en bonne vache à lait, confiant ainsi de l'argent public à des structures privées souvent peu scrupuleuses et à l'efficacité non prouvée. Mais revenons au sujet qui nous préoccupe.

Chômeurs : le désengagement des syndicats de salariés

Les choix politiques et économiques de l'Etat influent sur la situation de l'emploi : de l'UMP au pouvoir nous n'avons rien à espérer, bien au contraire. Mais en matière de défense d'un salariat peu protégé, victime du chômage et de la précarité, les syndicats ont un rôle indispensable qu'ils se sont toujours refusé à jouer. Seule la CGT, en 1988, a créé en son sein une structure de représentation des chômeurs dont le secrétaire général assiste aux négociations Unedic. Et elle continue, localement, à créer des comités de défense de travailleurs «hors normes» (précaires ou sans papiers). La CGT est le seul syndicat en France — et en Europe ! — à ne pas avoir oublié les salariés sans travail ou précarisés, ceux qu'on appelle les outsiders, alors que ceux-ci sont de plus en plus nombreux.

Les autres organisations (CFDT, CFTC, FO ou CGC) n'en ont que faire et continuent à défendre essentiellement des salariés bien installés : les insiders de la fonction publique et des grandes entreprises... Elles se battent aussi pour ces «inactifs» que sont les retraités alors que les victimes du sous-emploi, «inactifs» malgré eux et futurs retraités pauvres, ne les intéressent pas. Aujourd'hui, 8% des salariés (surtout les moins fragiles) sont syndiqués alors que les chômeurs et les travailleurs précaires représentent près du quart de la population active : cherchez l'erreur ! Une véritable «part de marché» qu'elles négligent de conquérir...

Pourtant, elles disposent de moyens financiers et d'un arsenal logistique conséquents. En tant que «forces vives de la Nation», elles participent aux négociations et sont aussi conviées à peser dans les débats. Mais, retraités exceptés, une fois que les salariés ont perdu leur emploi, elles ne les connaissent plus ! Pourtant ces syndicats, dits «représentatifs», siègent ensuite à l'Unedic où leurs délégués, des bureaucrates qui ne côtoient jamais les chômeurs et ignorent nombre de leurs difficultés, vont décider du sort de ceux qu'ils ont abandonnés… en se compromettant avec le patronat [2] : l'usurpation n'est pas loin.

Les associations ne peuvent pas tout assumer

Comme pour l'Etat qui, quand il se désengage, provoque l'irruption de structures associatives, le désengagement manifeste des syndicats de salariés envers les privés d'emploi a permis la naissance, parallèlement à la montée du chômage de masse, d'associations de défense des chômeurs & précaires dont les plus connues — hormis la CGT — sont le MNCP, l'APEIS, SNC et AC!. Plus ou moins politisées, à l'instar des syndicats de salariés ou de partis célèbres, elles ont des désaccords qui ressemblent à des querelles de clocher et procurent les mêmes sentiments de «concurrence» ou de «dispersion/division». Tributaires de subventions, de dons ou de cotisations d'adhérents, elles ont peu de moyens… et encore moins de pouvoir : vaguement tolérées, elles sont exclues des instances représentatives où il est question des «droits» et des «devoirs» des publics qu'elles soutiennent. Enfin, leur tâche s'avère encore plus ardue (et ingrate) dans la mesure où elles exercent sur un domaine fluctuant où l'aspect provisoire (et honteux) du chômage ne facilite ni l'organisation, ni la mobilisation, ni l'afflux de militants.

Créer des «sections chômeurs», une nécessité… pour les syndicats

Certes, nombreux sont les militants syndicalistes qui, sur le terrain, soutiennent les associations de chômeurs et leur apportent leur présence ainsi que, ponctuellement, une aide logistique ou financière précieuses : nous les en remercions ici.

Mais c'est loin d'être suffisant ! Ce ne sont que des miettes en comparaison des moyens déployés pour les autres catégories de salariés. De la même façon que l'Etat devrait se saisir à nouveau des questions sociales — mais avec Nicolas Sarkozy qui ne roule que pour les plus riches, inutile d'y songer —, les grandes centrales syndicales, qui y sont théoriquement sensibles, doivent cesser de rouler pour les mieux lotis… et de se comporter comme l'Etat vis-à-vis du secteur associatif : relisez le premier paragraphe de cet article afin de mesurer la troublante justesse de notre propos.

Il faut qu'elles cessent de considérer les chômeurs et les précaires comme des salariés de seconde zone, une caste indigne d'être officiellement reconnue et représentée, tout juste bonne à se défendre par elle-même ou par le biais d'associations démunies qui se fadent le boulot à leur place. Sur les traces de la CGT, elles doivent se saisir enfin du phénomène, prendre, elles aussi, leurs responsabilités et émettre un signal fort : pour ce faire, elles doivent ouvertement créer et intégrer des sections de chômeurs & précaires à leurs confédérations. Il y a urgence, non seulement parce que cette population croissante et souffrante sert de «laboratoire social» au patronat, ce qui lui permet d'élaborer des stratégies régressives qui finissent par toucher l'ensemble du salariat [3], mais aussi parce qu'il y va de la crédibilité du syndicalisme tout entier et, par conséquent, de son avenir.

C'est le développement du chômage et de la précarité qui nivelle par le bas les conditions de travail, les salaires et la protection sociale. C'est le développement du chômage et de la précarité qui déprécie la «valeur travail». Soutenir les chômeurs et les précaires, c'est combattre le mal à la racine.


[1] Un mélange des genres insidieux, dont la nomination au gouvernement de l'ancien président d'Emmaüs Martin Hirsch est en soi un symbole.

[2] On pense à la CFDT, qui a même osé porter plainte contre des militants d’AC!

[3] Pour rappel, cet extrait du chapitre «Stimuler l’emploi et les revenus» du rapport «Perspectives de l’Emploi 2006» de l’OCDE :
Les réformes structurelles qui commencent par générer des coûts avant de produire des avantages, peuvent se heurter à une opposition politique moindre si le poids du changement est supporté dans un premier temps par les chômeurs. En effet, ces derniers sont moins susceptibles que les employeurs ou les salariés en place de constituer une majorité politique capable de bloquer la réforme, dans la mesure où ils sont moins nombreux et souvent moins organisés.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 06 Décembre 2011 15:02 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2008-11-06 19:15 Cette analyse, sans doute rédigée par Sophie Hancart, animatrice du site Actuchomage, est d'une imparable justesse. Malheureusement

Quand on pense au nombre de travailleurs précaires en France, de chômeurs/intermittents, de chômeurs à plein temps, et d'exclus en tous genres… quelques petits millions d'individus quand même (on a coutume de parler de 7 millions…), on se dit que ces populations déjà fragilisées sont bien peu soutenues, bien mal accompagnées, même carrément abandonnées à leurs tristes sorts.

Et quand certains - comme nous - se penchent sérieusement sur ces populations délaissées, ils travaillent avec des queues de cerises, des miettes de miettes, 6.000 euros de budget ANNUEL pour ce qui nous concerne !

Les autres, le MNCP, l'APEIS, AC !, CGT Chômeurs… sont sans doute mieux lotis, mais leurs budgets restent insignifiants au regard du travail à mener. Car, chez les précaires et chômeurs, chaque cas est unique ; chaque cas mérite d'être étudié.

Ici, on touche à des sujets compliqués : droits sociaux, droits du travail, solidarités nationales, survie économique (et même vitale)… qui concernent des individus parfois cassés par la vie, par des licenciements traumatisants, par des boulots sous-payés, par des horaires insensés…

Toutes les situations sont complexes. Et c'est cette complexité qui rebute (entre autres raisons) les organisations syndicales.

Défendre les Droits des chômeurs et précaires, c'est un énorme boulot, un chemin de croix, pouvons-nous écrire.

Nous en connaissons un rayon ici, nous qui travaillons depuis 4 ans maintenant sur tous ces sujets… avec 24.000 € (soit 6.000 par an !). Un engagement prenant, usant et, parfois, difficile à porter tant certains cas sont poignants… et parfois insolubles !

La France "enregistre" chaque année 12.000 morts par suicides, 4 fois plus que les accidents de la route. Combien sont provoquées par une déstructuration de la situation professionnelle , du statut social ou des ressources financières ?

Personne ne le sait, les causes de suicides étant difficiles à déterminer d'une manière indiscutable. Mais le sous-emploi, le chômage, les conditions de travail et de rémunération dégradées, et la perte d'estime de soi qui en résulte… participent certainement au naufrage corps et âme de milliers de personnes par an en France.

Il faut le RAPPELER !

Tout comme les souffrances "sociales" qui touchent, non pas des milliers mais des centaines de milliers de Français, et qui se traduisent par des insomnies, de l'alcoolisme, des violences familiales et conjugales, des dépressions…

Il est certain que précaires et chômeurs font partie des populations les plus vulnérables à ces maux qui peuvent mener au pire.

Quand on dépeint sans excès l'environnement militant dans lequel s'inscrit l'action des collectifs et associations de chômeurs, on comprend pourquoi personne ne veut s'y coller vraiment. Surtout pas les syndicats.

Merci à celles et ceux qui s'y consacrent. Merci à nous donc, aussi…

Yves Barraud - Président d'APNÉE/Actuchomage
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2008-11-06 20:52 Dans mon commentaire, j'ai omis de parler de plusieurs aspects collatéraux (honte à moi !) :

- La stigmatisation des chômeurs, ces "fainéants qui ne veulent pas travailler" (évidemment), "ces truands qui profitent de la solidarité nationale" (ben voyons !), arguments nauséabonds rabâchés par certains hommes politiques et pas des moindres, suivez mon regard.

- La culpabilisation qui en découle, facteur de déstabilisation .

- Les mesures coercitives et d’intimidation prises à l'encontre des chômeurs et précaires, ces "profiteurs" qui refusent les offres d'emploi qui leur sont faites, et les sanctions souvent injustifiées qui en résultent.

- Les contrôles et remarques désobligeantes d'une "administration" qui doit faire du rendement.

- Les insultes parfois même, illustrées par la fameuse banderole déployée par les supporters du PSG : "Chômeurs, pédophiles… Bienvenue chez les Ch'tis".

- Sans oublier, le poids et le regard d'une opinion publique soigneusement manipulée par des sous-entendus et des "clairement entendus" qui laissent à penser que "les chômeurs sont responsables de leur situation".

Autant de comportements, de propos injurieux, de contrôles, de situations pénalisantes… que nous ne cessons de dénoncer sur Actuchomage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # gérard 2008-11-07 08:28 N'oublions pas que tant de parcours professionnels malmenés, voire brisés, entrainent des insuffisances de cotisations au régime de retraite.

Il en va de même de toutes les situations de sous-emploi (temps partiel imposé, contrats "aidés" - qui est "aidé", du reste ?)

La conséquence, c'est inéluctablement une fin de vie réduite au minimum vieillesse.

Parlez-moi de "cumul emploi-retraite" et , comme disait Brassens "j'vous fous mon poing sur la gueule" !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2008-11-06 19:24 POUR NOUS SOUTENIR :

• Vous pouvez adresser vos dons à APNÉE – 25, av. Villemain 75014 Paris (chèque libellé à l’ordre d’APNÉE).

• Vous pouvez aussi effectuer un paiement en ligne sécurisé (un module Paypal est disponible sur la page d’accueil du site, en dessous de l’édito, en bas à droite).

• Vous pouvez enfin adhérer à l’association. Un bulletin est disponible dans la rubrique «Nous rejoindre, adhérer» sur la page d’accueil du site ou directement par mail à


N’OUBLIEZ SURTOUT PAS de joindre à votre envoi une adresse mail (inscrite au dos du chèque, par exemple) afin de vous adresser un reçu électronique (et éviter ainsi les frais postaux). Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...