Actu Chômage

mardi
24 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le RSA, véritable menace pour le Smic

Le RSA, véritable menace pour le Smic

Envoyer Imprimer
Deux études publiées récemment confortent le bien-fondé du futur Revenu de solidarité active : chacune, au nom de la réduction des inégalités et de la pauvreté, mettent en doute le rôle de la Prime pour l'emploi et — beaucoup plus grave ! — celui du Smic.

L'étude de la DREES estime que «l’impact de la PPE sur la réduction des inégalités et sur la diminution du taux de pauvreté est limité», confortant ainsi le discours de Martin Hirsch qui plaide pour un recentrage de cet «impôt négatif» sur ceux qui en ont le plus besoin.

Mais en réalité, l'heure est aux calculs : pour financer le RSA (qui, on le répète, ne sortira pas ses bénéficiaires de la pauvreté et de la précarité), il s'agit de grappiller quelques centaines de millions d'euros par-ci par-là sur les budgets déjà existants (RMI, API, PPE…) donc, ni plus ni moins, de mettre les pauvres à contribution. La prime de Noël des chômeurs aux minima sociaux vit ses dernières heures, et les droits connexes de ceux qui reprennent un emploi seront rabotés. Quant à la PPE, qui confortait déjà la politique de bas salaires menée par les entreprises, au lieu d'être véritablement «redéployée» vers les plus nécessiteux, elle sera tout simplement réduite au profit du RSA qui, lui aussi, dégage le patronat de ses responsabilités.

Le rapport Cahuc, Cette et Zylbenberg va encore plus loin : toujours au nom de la lutte contre la pauvreté et les inégalités, il juge que le Smic n’est pas «un moyen efficace pour [les] réduire» et suggère de «s’appuyer sur des mesures fiscales et des prestations sociales ciblées, plutôt que sur un salaire minimum élevé et uniforme». Un discours qui encense le RSA… en tant que substitut au Smic ! Et qui prépare le terrain pour sa «réforme» prochaine, souhaitée par Nicolas Sarkozy, et dont on a tout à craindre.

Il s'agit bien de transférer encore une partie du coût du travail des entreprises… vers la collectivité. D'ici la fin de l'année, celles-ci auront déjà bénéficié de quelque 32 milliards d’€ d'allègements de «charges» dans le cadre d'une politique de l'emploi qui entretient sciemment et depuis très longtemps l'effet «trappe à Smic», puisque 15% de nos salariés sont Smicards : un record en Europe. Là-dessus, la PPE a été inventée pour redistribuer du pouvoir d'achat à ces travailleurs maintenus au plus bas de l'échelle : l'argent public sert donc doublement à nourrir le cercle vicieux.

Le RSA, faute que ses bénéficiaires puissent sortir de l'assistanat et s'émancipent par le travail, vu la mauvaise qualité des emplois proposés et la bassesse des rémunérations actuellement en vigueur (triste constat que Martin Hirsch ne remet surtout pas en cause), est donc censé faire en sorte que les plus «éloignés de l'emploi» reprennent une activité salariée sans perte de revenu (ce qui est tout de même un comble !). Une fois de plus, l'argent public contribue à déresponsabiliser les employeurs. De fil en aiguille, la substitution du Smic par le génial RSA ne fera qu'enfoncer le clou : réduire au maximum le coût du travail pour les entreprises, sa «valeur» devant être assumée par la solidarité nationale, sous diverses formes d'assistanat saupoudrées à des travailleurs appauvris.

Voilà à quoi va aboutir le projet de Martin Hirsch ! Son projet, qui n'est pas un progrès mais une régression, risque d'en entraîner d'autres. D'abord décrié par le gouvernement, il devient une aubaine pour asseoir sa politique de destruction sociale.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 28 Décembre 2010 11:36 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-08-27 10:00 L'Ille-et-Vilaine veut cesser l'expérimentation du RSA

Premier revers pour Martin Hirsch : Jean-Louis Tourenne, le président PS du conseil général d'Ille-et-Vilaine, considère que la généralisation du Revenu de solidarité active est un «formidable marché de dupes» et envisage d'en cesser l’expérimentati on , qui concerne trois territoires de son département depuis le 1er janvier. Interview.

[…] Il s'agit d'un formidable marché de dupes. L'Etat laisse le soin aux pauvres de financer une réforme pour les pauvres : il va récupérer la prime de Noël, une partie des droits connexes qui étaient liés à la perception du RMI — exonération de la taxe d'habitation, de la redevance audiovisuelle… —, la prime exceptionnelle de retour à l'emploi (1.000 €), et une partie des fonds alloués à la prime pour l'emploi (PPE).

Deuxième marque d'un profond cynisme : le transfert de nouvelles charges aux départements. Certes, le projet de loi prévoit que l'Etat supportera la totalité du surcoût lié au nouveau dispositif mais, en réalité, il laisse le département financer l'allocation de parent isolé (API) qui est actuellement à sa charge (8,3 millions d'euros en Ille-et-Vilaine). Dans ce jeu de dupes, l'Etat gagnerait 5,3 millions d'euros sur le dos du département ! C'est du pur cynisme.

Deuxième tromperie : cette généralisation sera d'une inefficacité totale. Le barème de calcul de la prestation qui sera retenu a toutes les chances d'être moins favorable aux allocataires que celui qu'expérimentent actuellement les départements. Chez nous, lorsque les revenus d'un foyer augmentent de 100 € grâce à l'emploi, la prestation RSA diminue seulement de 30 €. Le gouvernement, qui veut dépenser le moins possible, a parlé d'une diminution comprise entre 35 et 40 €. L'incitation au retour à l'emploi sera donc bien moindre.

Le RSA est un bon système, à condition qu'on y mette l'argent. Or, au-delà des économies réalisées sur les pauvres eux-mêmes, il va encore falloir trouver 1,5 milliard d'euros. Et personne n'est capable de nous dire d'où viendra cet argent. Dans un tel contexte, nous pourrions envisager de cesser l'expérimentation .

(Source : Le Monde)

La date d’entrée en vigueur du RSA, tout comme son financement global, restent encore à déterminer. Le projet de loi doit être présenté en Conseil des ministres le 3 septembre, puis examiné par le Parlement à partir du 22 septembre.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Macron s'apprête à renforcer le contrôle des chômeurs. Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...