Actu Chômage

mardi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Mobilisations, luttes et solidarités «Leveraged Buy Out» ou LBO : c'est quoi ?

«Leveraged Buy Out» ou LBO : c'est quoi ?

Envoyer Imprimer
Rachats d'entreprises, profits… et fermetures d'usines : les fonds d'investissement sévissent depuis longtemps déjà. Désormais, leur arnaque préférée se nomme «LBO». Décryptage d'une technique de rachat d'entreprise très juteuse, et exemple concret de ses implications à l'usine Sublistatic d'Hénin-Beaumont, actuellement en liquidation judiciaire.

Les requins de la finance et des montages financiers, les fonds d'investissements, sont très ingénieux. On connaissait leur investissement de «capital-risque» ou de «capital-développement». Mais depuis le krach de la «nouvelle économie» en 2000, le capital-risque n'est plus de rigueur. C'est désormais la troisième forme d'investissement de ces fonds, «le capital-transmission» encore dénommé LBO («Leveraged Buy Out» ou «levier d'achat»), qui a pris largement le dessus.

Pour résumer, ces fonds commencent par le rachat d'une entreprise, financé à plus des 2/3 par des emprunts auprès des banques. Elle n'a donc qu'un faible apport de capitaux à mettre sur la table et le risque financier est minime, puisque le rachat se fait au nom d'une société écran (une «holding») qui sera directement responsable des dettes contractées. Puis, sur une période très courte (entre 2 et 4 ans en moyenne), le fond d'investissement rembourse ses dettes en ponctionnant les dividendes de l'entreprise, et revend la société dès qu'une offre d'achat intéressante se présente.

Rationalisation et licenciements

Pour que ce montage financier réussisse, les fonds organisent un traitement de choc, car la société doit dégager du cash très rapidement et devenir attrayante pour un futur rachat. Selon les cas, les gestionnaires vont procéder à la revente de biens immobiliers, à la rationalisation de la production, des achats, des cadences de production. Les activités trop peu rentables vont être suspendues, le flux tendu va être privilégié pour éliminer les stocks, les investissements dans l'outil de production vont être réduits à leur minimum. Et bien sûr, ils vont tenter de museler les syndicats, de précariser au maximum les salariés (CDD, temps partiels, intérimaires) et, enfin, des réductions d'effectifs seront mises en œuvre (licenciements ou «départs volontaires»). Au final, les fonds d'investissements récoltent un retour sur investissement spectaculaire, qui peut aller jusqu'à 30% de leur apport initial.

Actuellement en France, il y aurait quelque 1.200 entreprises sous LBO, pour 1,5 millions de salariés. En 2005, les fonds d'investissement ont investi 200 milliards d'euros dans le cadre de LBO, soit 34% de plus qu'en 2004, et le rendement moyen était de 24%. Ces fonds s'appellent Starwood Capital, Apax, Colony Capital, Carlyle, Blackstone, BC Capital ou KKR. Et récemment on a vu les sociétés Arena, Aubade, Well ou Dim passer sous leur coupe. Inévitablement, certaines entreprises sont tellement pressurisées qu'elles finissent par fermer.

Sublistatic, un cas d'école

Ancienne filiale prospère de la lainière de Roubaix, la société Sublistatic d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, subit une première LBO en 1991, montée par les quatre dirigeants de l'entreprise. Ceux-ci réalisent de juteux profits dans la vente de l'entreprise au fond Capital Partners en 1994, toujours sous forme de LBO. L'entreprise multiplie par deux sa production en 2002. En fin d'année, une nouvelle LBO est réalisée : c'est le fond Acland Capital qui rachète. Point commun des trois rachats : pas de projet industriel à long terme, investissement minimum et gros dividendes. De 350 salariés, les effectifs tombent à 223. Une cinquantaine d'intérimaires sont embauchés, puis écartés. Après avoir réalisé 14 millions d'euros de bénéfices depuis 2002, le puissant groupe immobilier Acland met l'entreprise en liquidation. Le carnet de commandes est plein mais depuis lundi dernier, l'usine de papier d'impression sur tissu a fermé. Ses 223 salariés sont limogés, ils récoltent une indemnité misérable au regard de leur 30 ans de service, pour nombre d'entre eux.

Le hic, c'est que les salariés refusent de partir. Ils occupent l'usine depuis le jeudi 11 janvier. Plutôt que les 8.500 € d'indemnités légales pour 15 ans d'ancienneté, ils réclament 100.000 € pour tous. Mais le fond Acland s'est évaporé, légalement. Le liquidateur judiciaire et les pouvoirs publics refusent de payer. Alors les salariés menacent de déverser 150 tonnes de solvants toxiques et inflammables sur le site : différentes cuves sont dispersées autour de l'usine. Ils sont une cinquantaine à se relayer pour occuper l'usine jour et nuit.

«Chantage à l'environnement» !

Les fermetures d'usine et autres licenciements étant légion dans les environs, ils s'organisent avec d'autres entreprises en lutte. Une marche a été organisée avec les salariés de Faurecia et Energy plast, qui totalisent plus de 450 emplois menacés. Avec Sublistatic, c'est 700 licenciements rien que pour la commune d'Hénin-Beaumont. Des anciens de Métal-Europe (le site est à moins de 5 km) sont également venus apporter leur soutien. Le 16 janvier, ce sont les travailleurs de Québécor qui se sont déplacés à Sublistatic. L'usine d'Hellemmes, près de Lille, délocalise et licencie ses 270 salariés.

A Sublistatic, les projets de reprise par un entrepreneur ou sous forme d'une Scop sont évoqués. Mais peu y croient. Le dernier espoir qu'ils ont, c'est de partir dignement, la tête haute. La médiatisation est assez faible en comparaison à Cellatex ou Metaleurope, qui avaient eux aussi fini par menacer de polluer les alentours. TF1 s'est malgré tout illustré en titrant le «chantage à l'environnement». Les salariés auraient assurément préféré le «pillage des vautours de la finance». Reste que leur menace n'est pas prise au sérieux. Pour l'instant, le déversement des cuves ne semble pas réellement envisagé. Jusqu'à quand ?

Plus d'infos :
• Un collectif contre les LBO s'est créé, à l'initiative de la CGT : www.collectif-lbo.org. Sous leur pression, la création d'un groupe de travail parlementaire sur les fonds d'investissements a été annoncé mardi. La lutte est encore longue...
• Le blog des salariés en lutte de Sublistatic : http://watt2005.free.fr/

(Source : Regards)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 24 Janvier 2007 12:10 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-01-25 07:04 Quelque 300 salariés de Dim, d'Arena et de Well, venus d'Autun (Saône et Loire), de Château-Chinon (Nièvre), de Libourne (Gironde) et du Vigan (Gard) ont manifesté mercredi près de l'Assemblée nationale pour protester contre les délocalisations dans la lingerie.

Les salariés, dont l'arrivée a été retardée par les intempéries, ont été rejoints par quelques viticulteurs du Languedoc-Roussillon venus avec trois tracteurs, afin d'interpeller les parlementaires sur les difficultés de leur secteur.

Sur place, Olivier Besancenot (LCR), Arlette Laguiller (LO), candidats à la présidentielle, et le député PCF de la Somme Maxime Gremetz notamment sont venus soutenir les manifestants, ainsi que les syndicats CGT, CFDT, CFTC et FO du secteur. "Cet après-midi, je vais interpeller le gouvernement sur le problème du textile et en particulier exiger qu'il prenne des mesures car ce sont des licenciements boursiers et non des licenciements économiques", a déclaré M. Gremetz. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilités vis-à-vis de ces entreprises qui jettent les salariés dans la rue", a-t-il ajouté.

"Les patrons sont aujourd'hui des financiers dont la démarche est de vouloir des bénéfices rapidement, quand il n'y a pas de bénéfices, on coupe la branche la moins juteuse", a renchéri Martine Roy, responsable fédérale CFDT de l'industrie de la lingerie. "Nous sommes venus ici pour interpeller les politiques sur la situation désastreuse des entreprises du secteur et pour interpeller les patrons afin qu'ils versent des fonds pour la revitalisation des bassins d'emploi", a-t-elle ajouté.

Une délégation de salariés d'Arena a été reçue au siège de campagne de la candidate socialiste Ségolène Royal, rue de Solferino, et une autre délégation syndicale par le député de Gironde Jean-Paul Garraud (UMP).

Les manifestants de Well ont publié un calendrier de photos couleurs sur lequel des salariés-hommes posent habillés de pièces de lingerie féminine, bas, jarretelles, nuisettes, pour dénoncer la suppression de 300 des 438 emplois du Vigan, à la suite de la décision de la direction de délocaliser une grande partie de la production en Asie et en Italie.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...