Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil

Le travail de nuit en forte hausse chez les femmes

Envoyer Imprimer
Près de 15% des salariés travaillent de temps à autre ou régulièrement la nuit, un chiffre en hausse au cours des dix dernières années, particulièrement chez les femmes, selon une étude du ministère de l'Emploi publiée vendredi.

En 2002, 3 millions de salariés (soit 14,3%) travaillent occasionnellement ou régulièrement la nuit, c'est-à-dire entre minuit et 5H00, selon cette étude de la Dares. Si la proportion de salariés travaillant la nuit est restée stable durant les années 1980, elle a, en revanche, augmenté au cours des dix dernières années. Elle n'atteignait que 13% en 1991. En 2002, le travail de nuit concerne 20,3% des hommes contre 7,3% des femmes, mais c'est chez ces dernières que le travail de nuit a le plus fortement augmenté en dix ans, selon l'étude. "En 1991, elles représentaient un cinquième des salariés travaillant la nuit, elles en constituent le quart en 2002", indique la Dares.

Les professions où le travail de nuit est le plus fréquent sont majoritairement masculines avec, en premier lieu, les policiers et les militaires. Viennent ensuite les professions de l'information et du spectacle, les chauffeurs, les professions intermédiaires de la santé et de l'action sociale, les personnels des services aux particuliers et les ouvriers de l'industrie.
Les femmes qui travaillent de nuit sont concentrées dans quelques branches : plus de la moitié sont dans l'éducation, l'action sociale et la santé, "seul secteur où les femmes sont majoritaires parmi les travailleurs nocturnes". "Le débat sur l'interdiction du travail de nuit des femmes dans l'industrie (qui a été levée en 2001) peut donc sembler réducteur par rapport à la réalité globale du travail de nuit des femmes, car si 64.000 femmes travaillent la nuit dans l'industrie en 2002, elles sont 663.000 dans les services soit dix fois plus", souligne l'étude. C'est tout de même dans l'industrie que l'augmentation du travail de nuit a été la plus forte, et notamment pour les femmes, au cours des dernières années : la proportion de salariés concernés est passée de 1,9% à 5,6% chez les femmes et de 21% à 24% chez les hommes. Dans la construction et les services, les évolutions sont beaucoup moins prononcées, mais là aussi, le travail de nuit des femmes progresse plus rapidement que celui des hommes, sauf dans la santé où on observe la tendance inverse.

"Paradoxalement, le travail de nuit diminue dans les secteurs tels que la santé qui ne peuvent s'en passer et augmente dans des secteurs industriels dans lesquels il apparaît moins indispensable sur le plan technique", note la Dares. Dans ces secteurs, "l'allongement de la durée d'utilisation des équipements correspond davantage à une recherche d'accroissement de la rentabilité économique qu'à des impératifs techniques", estime-t-elle, soulignant que la loi de 2001 sur le travail de nuit "précisait pourtant que le recours au travail de nuit devait être exceptionnel".

Le travail de nuit est d'ailleurs une pratique qui se cumule souvent avec des horaires variables, qu'il s'agisse d'équipes alternantes ou d'horaires variables d'un jour à l'autre, modifiables par l'entreprise, relève l'étude. Le travail nocturne se cumule également avec le travail de fin de semaine : près de six salariés sur dix travaillant habituellement la nuit travaillent aussi habituellement le samedi.

(Source : Voila.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 09 Octobre 2005 01:00 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

Soutenir Actuchomage