Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil

L'ANPE transformée en machine à radier

Envoyer Imprimer
Quand "la bataille pour l'emploi" menée par Villepin consiste à déclarer la guerre aux chômeurs, l'ANPE, instrument de la puissance publique, est priée, malgré elle, d'appliquer l'arsenal législatif coercitif pour planquer les chômeurs sous le tapis.

Il fut un temps où la mission de l'ANPE, créée par un certain Jacques Chirac en 1967, consistait à améliorer le fonctionnement du marché du travail, à soutenir dans ses démarches le citoyen privé d'emploi… En 2005, son rôle revient à déterminer son degré d'employabilité et de criminalité pour répondre aux seules exigences des entreprises, et si possible lui faire accepter de bosser bénévolement (1).

"Les gens arrivent à l'ANPE avec la peur au ventre, persuadés que, s'ils sont convoqués, c'est pour être radiés, relate Fabienne. Nous sommes complètement pressurisés, on nous impose de recevoir les demandeurs d'emploi tous les mois, ce qui est impossible même avec 3.500 nouveaux agents. Notre travail consiste à faire de l'abattage." L'ANPE : Abattoir National Pour l'Exclusion, ou comment faire comprendre à ces feignasses de chômeurs qui se reproduisent comme des petits pains que l'aide n'est pas un droit mais une faveur qui se mérite, et qu'on les préfère, comme en Angleterre, misérables et invisibles. En faisant chapeauter tout le système de reclassement et de financement des demandeurs d'emploi par l'Unedic, Borloo aligne l'organisme public sur une logique purement comptable.

Bouge-toi le fion, feignasse !
On attend, comme pour n'importe quel commercial, que le conseiller ANPE, détenteur d'un portefeuille-chômeurs, fasse du chiffre, qu'il soit performant et rentable - au moins autant que les organismes de placement privés, rémunérés par l'Unedic et avec lesquels l'ANPE est en concurrence -, c'est-à-dire qu'il sorte le maximum de personnes de la liste des demandeurs d'emploi. Diktat des statistiques oblige, entre juin et juillet, près de 78.000 radiations (2) ont été prononcées...
Tout est en place pour aller vers une épuration du fichier. "Mais comme ce n'est pas dans notre tradition, explique Joseph Romand, du SNU-ANPE du Nord-Pas-de-Calais, les circulaires d'application de l'ordonnance du 2 août nous imposent des modifications profondes : il n'y a plus un mot sur l'adhésion du demandeur d'emploi à son projet professionnel. Il n'est question que d'injonctions de la part de l'établissement." Traduction : on veut de vrais salopards dans les agences, plutôt que 22.000 agents encore sensibles au désarroi social.

Galouzeau de Thatcher
"En introduisant le principe de sanctions graduées, poursuit Joseph, on ouvre les vannes psychologiques des conseillers qui n'osaient pas radier." On élargit les actes condamnables : au refus d'emploi valable et au refus de formation s'ajoute le refus des prestations ANPE ; en outre, le chômeur doit faire preuve d'actes "positifs", sérieux, mais aussi "répétés" dans sa recherche d'emploi. Le boulot de l'ANPE va se réduire à balancer des convocations massives, à proposer d'énièmes bilans de compétences ou des "ateliers-CV", à vérifier le nombre de lettres de candidature spontanées envoyées, et à proposer des offres d'emploi dans des secteur désertés, justement parce qu'ils sont invivables.
Si l'ANPE refuse de jouer les videurs, l'Unedic s'en chargera : elle peut radier les demandeurs d'emploi non indemnisés sans avoir à les prévenir, tout comme elle peut sucrer les allocations avant même que les bénéficiaires aient fait un recours auprès du ministère. "L'ANPE est instrumentalisée par le gouvernement pour masquer l'absence de politique de l'emploi, explique Brunot, agent ANPE. On commence à avoir un boulot à la con. Mais au moins, on en a un !"

Par Agathe André pour Charlie-Hebdo (5/10)
NB : Nous avons trouvé cette retranscription sur AC-Forum (peut-être présente-t-elle quelques approximations par rapport à l'original… peut-être pas).

(1) La mise en place de l'évaluation en milieu de travail (EMT), soit 8 heures de travail gratuit dans les entreprises, est déjà un bon début.
(2) Selon l'APEIS, l'Association pour l'Emploi, l'Information et la Solidarité des chômeurs et des précaires.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 06 Octobre 2005 17:46 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

Soutenir Actuchomage